La Guinée oscille entre impunité et déni de justice, demain il sera trop tard.

Dans un pays gangrené par la corruption à tous niveaux, dans lequel la misère est grandissante, le chômage galopant et l’économie sous perfusion, les populations n’ont qu’un seul choix, celui de faire entendre leurs mécontentements. Malheureusement, la réponse donnée par le gouvernement Condé pour réprimer ces rassemblements organisés à travers le pays, semble être différente et dépendre du lieu et de l’ethnie des manifestants.

Depuis le vendredi 24 janvier 2020, la ville de Labé est en proie à de violentes répressions, ordonnées par un gouverneur autoritaire : Crimes, Vandalismes et exactions de toutes sortes sont monnaie courante.

L’invasion de la ville de Labé, par « une armée nationale » composée d’une bande d’ex rebelles est intervenue suite aux différentes manifestations qui se sont tenues sur l’ensemble du territoire national. Massacrer et terroriser la population est aujourd’hui la principale mission de ces chasseurs cueilleurs, gardiens de forêt, avec pour seul est unique but de maintenir le régime d’Alpha CONDÉ. Depuis que cette « armée nationale » est mêlée aux populations du Fouta-Djalon, nous observons une inquiétante augmentation des assassinats, enlèvements, disparitions, pillages, destructions de biens, violations des droits humains. C’est avec une grande indignation et des cœurs meurtris, que nous nous levons comme un seul homme, pour dénoncer cette cruauté humaine, et stopper ce déni de justice institutionnalisé par le régime Condé.

Il est plus qu’urgent, de traduire toute cette bande de malfrats et leurs commanditaires devant les juridictions compétentes afin qu’ils répondent de leurs méfaits.

Toutes ces exactions et crimes pouvant être qualifiés de crime contre l’humanité passés sous silence par le gouvernement Condé ne serviraient-ils pas à rendre impossible les élections de 2020. Il est clair qu’ayant perdu toute légitimité d’exercer le pouvoir, un holdup électoral se prépare.

Finissons avec l'injustice qui nous tue

94 signatures

Partager avec vos amis:

   

94

Malgré bon nombre de discours au sein des nations unies, le Président Condé semble penser qu’il peut agir en toute impunité. La charte des nations unies codifie un certain nombre de règles relatives au respect et conditions de vie humaine, ce régime se rend passible de poursuites au niveau de ces instances internationales en violant de manière flagrante leurs principes.

Au regard de tous ces faits et redoutant une guerre civile pouvant déstabiliser la sous-région, nous demandons à ce que des actions fortes mènent à l’arrêt de cette folie meurtrière lancée par le Président Condé, contre la communauté Peule. Demain sera trop tard.

C’est pourquoi, l’association IINJONCTIONS, fidèle à ses principes de combat, pour le respect des droits humains et du citoyen, interpelle par la voie de son président, toutes les entités de bonne foi, les organisations de défense des Droits de l’Homme, la communauté internationale ainsi que toutes les juridictions compétentes. Mettons en œuvre des actions afin de stopper ces atrocités que le président Condé et son « armée nationale » font subir au peuple de guinée, en général, et dans le Fouta, en particulier. Il est urgent de mettre le Président Condé, hors d’état de nuire.

A cet effet, notre association lance un appel solennel au Président de la République française et à son gouvernement, au Secrétaire Général de l’ONU ainsi qu’au procureur Général de la CPI, pour entreprendre et utiliser tous les moyens dont ils disposent pour traduire en justice et faire punir les auteurs, organisateurs, instigateurs et commanditaires pour tous les crimes commis.

Par ailleurs, nous demandons à tous les Etats œuvrant pour la Paix et la Justice de :

  • Cesser immédiatement, toute coopération militaire avec le régime Condé et de mettre un embargo total sur les armes à destination de la Guinée,
  • Geler tous les avoirs et biens mal acquis du régime,
  • Mandater un groupe d’observateurs militaires, ayant pour mission de relever et empêcher toute infiltration rebelle organisée par le régime Condé et son “armée nationale”
  • Agir de manière énergique et publique pour que soit décidée, dès les prochains Conseils Européen, la suspension sans délai des accords d’association entre l’Union Européenne et le régime guinéen, jusqu’à la mise en place d’un véritable gouvernement de plein consensus et accepté par tous les Guinéens.

A toutes fins utiles, de nombreux éléments ont été réunis, permettant de prouver des incitations publiques à la haine ethnique et des appels à l’affrontement et à la persécution. Les auteurs de ces méfaits ont clairement été identifiés, il s’agit, principalement, de M. CONDÉ Alpha en personne, M. Amadou Damaro CAMARA, M. Malick SANKHON, M. Madifing DIANÉ. Depuis l’arrivée au pouvoir de M. Condé un peu plus de 170 personnes issues de la communauté peule ont été massacrées, demain il sera trop tard.

M. Mohamed Lamine DIALLO
Président de l’association IINJONCTIONS

E-mail : info@iinjonctions.com ou association.iinjonctions@gmail.com